Accueil  >  Carnet noir

Faudou lettre JP Martin

Lettre de M. Jean-Paul Martin

Cherbourg le 30 septembre 2015

Madame Véronique FAUDOU Sourisse, Monsieur Benoît Sourisse,

Je viens d'apprendre par l'intermédiaire de l'Association des Retraités de l'Institut Laue-Langevin le décès de Monsieur Faudou, qui s'avère être un événement de grande tristesse. La douleur qu'éprouve les membres de la famille, devant un événement toujours incompréhensible et sans retour, est un sentiment qui ne peut, hélas, se partager. Cependant, sachez que mes derniers contacts, qui datent de la rénovation du réacteur de 1990 à 1995, constituent des souvenirs particulièrement vivaces et profonds au sujet de Monsieur Faudou ! Car je garde dans mon esprit l’image d'un homme d'une grande honnêteté, très attaché à ses objectifs professionnels, et nouant et entretenant toujours des relations courtoises et amicales, et en ce qui me concernait particulièrement.
Il me laisse, il nous laisse, le souvenir d'un homme de bien et je souhaitais vous le dire, moi qui suis loin malheureusement de Grenoble, mais qui restera de cœur et d'esprit avec vous tous dans ce moment de recueillement avant la séparation, qui est le destin de nous tous.
Je vous prie de croire à toute ma compassion et à l'expression de mes condoléances très émues.

Très cordialement,
Martin Jean-Paul ingénieur retraité du CEA-Cherbourg

(Je m'adresse également à Madame Marie Faudou, Monsieur et Madame Pascal Faudou, Monsieur et Madame Béatrice Screnci, ainsi qu'aux autres membres de la famille qui connaissaient particulièrement Monsieur Faudou)

Retour

Dernière mise à jour: 12 November 2015