Accueil  >  News

News

Le site internet de notre Association

Ce site, débuté en 2013, est destiné à rester en contact avec vous, chers adhérents. Vous trouverez des informations pratiques (mutuelle, retraite..), les différents documents liés à la vie de l'Association (status, règlements..), des propositions de sorties et voyages, etc.

N'hésitez pas à nous contacter pour toute remarque !

Cinquantenaire de la première divergence du réacteur

La manifestation

La salle de contrôle

Le secrétariat du réacteur nous communique :

Chères et chers collègues,
Pour faire suite à notre premier message du 26 mai dernier, nous vous confirmons que la Direction a décidé de fêter le cinquantième anniversaire de la première divergence du Réacteur à Haut Flux de l’ILL avec tout le personnel présent et passé.
Une petite fête est prévue le jeudi 9 décembre 2021 au World Trade Center de Grenoble, avec présentations et témoignages l'après-midi, puis apéritif dînatoire et dansant.
Attention, la capacité de la salle ne permettra pas d'inviter nos conjoints.
Il est prévu que les inscriptions ouvrent en octobre. Nous vous donnerons plus de détails ultérieurement, mais d'ici là, notez bien la date !
A très bientôt.
Bien cordialement,
Le Secrétariat de la Division Réacteur

Informations

Le graph de la 1ère divergence
Jean-Paul Martin, responsable du chantier du RHF
Debru, responsable du démarrage

En cette période tout à fait inédite et "tristounette" due à la pandémie de la covid 19 toutes nos activités de voyages ou sorties sont bien sûr à l'arrêt comme vous vous en êtes rendus compte  C'est évidemment indépendant de notre volonté et généralisable à l'échelle nationale et internationale. Mais un espoir se profile à l'horizon.

Pour fêter le cinquantenaire de la première divergence et si la situation sanitaire le permet, l'institut envisage de nous rassembler au "World Trade Center" place Robert Schuman (près de la gare de Grenoble) le jeudi 9 décembre. Ce serait l'occasion pour toutes celles et tous ceux qui le souhaitent de nous retrouver pour une évocation de ces cinq décennies. Des présentations, petits discours, vidéos, films.. serviraient de support pour se remémorer les étapes importantes de la vie du réacteur et de l'institut ainsi que les grandes évolutions qui ont fait progresser la physique et la technique pour le bien de tous (scanner, multidétecteurs...)
Un appel est donc lancé à toutes celles et tous ceux qui pourraient apporter "leur pierre" à cette commémoration soit par une petite présentation devant l'auditoire, soit en nous relatant un fait particulier digne d'intérêt que nous transcririons sur divers supports (vidéo, flyer, site web, brochure...) Une éventuelle touche humoristique serait bienvenue.
Dans l'ignorance à l'époque de la tenue sous flux rapide de neutrons des structures en aluminium, la durée de vie initiale du bidon était de cinq ans et celle de l'institut de dix ans !! Que de chemin parcouru, que de connaissances accumulées depuis et cela grâce à vous tous, chacun amenant sa contribution dans son domaine. Nous vous tiendrons bien sûr informés de la suite donnée à ce projet au fur et à mesure de son avancement. Ce peut être une belle occasion de se revoir malgré le temps qui passe inexorablement et nous a géographiquement dispersés !
nb : Vous trouverez ci joint un lien vers quelques photos prises à l'occasion. Cliquer pour agrandir.
http://www.arill.fr/photos/1971-premiere-divergence-3108/

Au plaisir de peut-être s'y revoir.

Prolongation de dix nouvelles années pour le réacteur

Bruno Desbrière et Hervé Guyon

Enfin une bonne nouvelle en cette année 2020 difficiles pour tous et pour l'ILL qui doit gérer la pandémie de Covid 19 !

Le groupe permanent a jugé positivement tous les efforts déployés par l'institut Laue Langevin pour se mettre en accord avec ses préconisations et a validé la prolongation de fonctionnement de dix années supplémentaires. Qui l'aurait cru à la création de l' ILL il y a cinquante ans !

Monsieur Bruno Desbrière, adjoint du chef du réacteur, en a été la cheville ouvrière. Il a voulu terminer cet important travail avant son départ à la retraite qu'il a donc un peu retardé. Merci à lui en premier lieu pour la poursuite de la recherche scientifique avec ce grand instrument et également au nom de toutes celles et ceux qui continueront à oeuvrer à l'institut .

La direction nous ayant autorisés le 9 décembre 2020 à diffuser l'information et les intéressés étant d'accord, vous trouverez ci dessous :

- L'information du chef du réacteur à l'époque Mr Guyon à Mr Martin notre président d'honneur adjoint au chef du projet initial à la fin des années 60 et chef du projet de la reconstruction du bloc pile en 1991-1994 :

Cher Monsieur MARTIN,
 Je vous fais part des conclusions des réunions du groupe permanent (17 et 23 novembre 2020, dernières grandes réunions auxquelles j'ai participé) qui offrent à l'ILL au moins encore 10 années de bons et loyaux services.
Bruno DESBRIERE en a été un grand artisan, avec la participation de nombreuses personnes de l'ILL bien sûr.
Toutes mes amitiés
Hervé GUYON

- Le mot de départ de monsieur Desbrière à la fin de ce dossier si important mené à son terme.

- La réponse de Monsieur Martin.

Une page se tourne, une autre est déjà là !

2020 - Départ à la retraite de Jean Tribolet

A l’ILL depuis pratiquement quarante ans, il a d’abord travaillé à la Division Réacteur où il s’est occupé de maintenance mécanique, de projets, de sûreté, puis il a été en charge des études dans l’équipe projet qui a géré le remplacement du bloc pile entre 1991 et 1995.

Ensuite, il a rejoint les services de la Direction en tant que chef du SPR. Le CEA Grenoble se désengageant du nucléaire, il a accueilli au sein du SPR les activités de Traitement des déchets nucléaires et de Surveillance de l’environnement.
Puis, à la création du service SRSE (Service Radioprotection Sécurité Environnement) regroupant les missions du SPR et de la Sécurité conventionnelle, il en a pris la direction jusqu’à sa retraite.

Rien de ce qui touchait à ces domaines ne lui fut étranger et son investissement fut total au fil de ces décennies.

La situation de pandémie que nous connaissons a occulté le pot d'adieu habituel en ces circonstances et nous n'avons malheureusement pas pu lui dire au revoir.

Mais il va nous rejoindre à l'ARILL !

Voici le mot qu'il a adressé au personnel ILL en cette occasion.

2020 - Départ à la retraite de Bruno Desbrière

Lettre de Bruno Desbrière du 31 novembre 2020

Et voila, tout arrive ... y compris le dernier jour de travail effectif à l'ILL pour ce qui me concerne !!!
16 années de travail intense (parfois trop), avec beaucoup de responsabilité (parfois trop), quelques périodes difficiles (voire très difficiles ... parfois trop), mais non je ne regrette rien ... je ne veux garder le souvenir que d'années passionnantes, riches de rencontre et d'apprentissage, au sein d'une famille unique, autour d'une machine géniale, dans un institut qui représente un magnifique microcosme de vie ... où l'on est si bien ! (il suffit de regarder autour de soi, surtout en ces temps si troublés).

Merci à toutes et à tous pour tout ce que vous m'avez appris tout au long de ces années dans tant de domaines où ma culture initiale était si superficielle !

Vous savez sans doute que le GP, qui vient juste de s'achever en début de semaine dernière, s'est bien terminé pour nous, je cite :
"En conclusion, les dispositions retenues par l’ILL complétées par les engagements qu’il a pris et les réponses aux recommandations formulées dans le présent avis sont de nature à obtenir un niveau de maîtrise des risques satisfaisant pour les dix prochaines années et leur mise en œuvre constituera une amélioration significative de la sûreté de l’installation."

Bien sûr, ce GP a également conduit à prendre un certain nombre d'engagements qui représente beaucoup de travail pour les 3 ou 4 années à venir...

Je ne doute pas qu'une fois encore l'ILL saura relever ce chalenge ... même si je suis conscient que le défi qui vous attend est davantage de nature organisationnelle et réglementaire que technique !

Bon vent à tous ... et surement à bientôt dans un cadre ou dans un autre

Bruno

2020 - Départ à la retraite de Hervé Guyon

Hervé Guyon en 2016
© ILL, Serge Claisse
De gauche à droite, Ekenhard Bauer, Yves Droulers, Franco Franzetti, lors du 40ème anniversaire de la 1ère divergence du réacteur (31 août 2011)
© ILL, Serge Claisse

Après 18 années à la tête du réacteur monsieur Hervé Guyon a pris une retraite bien méritée le 1er novembre 2020. En un peu plus de cinquante ans, c'est le quatrième chef du réacteur qui transmet le flambeau, ce qui traduit une assez grande stabilité à ce poste clé. Après messieurs Yves Droulers, Franco Franzetti, Ekenhard Bauer et, donc, Hervé Guyon, c’est Monsieur Jérôme Estrade, directeur français qui a pris la suite.

L'ARILL a toujours trouvé auprès de monsieur Guyon une oreille attentive et une écoute attentionnée. Il souhaite d'ailleurs rejoindre notre association et nous lui souhaitons bien sûr la bienvenue. Notre président d'honneur, monsieur Jean-Paul Martin, nous a autorisés à mettre sur le site le courrier qu'il lui a adressé, et monsieur Guyon nous a également autorisés à publier sa réponse.

Pour ceux qui l'ignoreraient, monsieur Martin était adjoint au chef du projet de la construction du RHF en fin des années 60, début des années 70. Il a également dirigé le grand projet de changement du bloc pile de 1991 à 1994. On apprécie mieux son succès quand on sait que l'espérance initiale de fonctionnement du RHF n'était que de 10 ans (dixit premier rapport de sûreté !) On manquait alors de recul sur la tenue aux neutrons des structures en aluminium.

Au début de la vie de l'institut, les principaux problèmes à solutionner étaient essentiellement techniques, tant au réacteur que pour les dispositifs expérimentaux. Cependant, au fil des années, s’y est rajoutée une grande complexification des astreintes réglementaires, administratives, sécuritaires et c’est l’équipe dirigée par Monsieur Guyon a qui a dû affronter les plus gros challenges de cette sorte en parallèle avec les difficultés techniques. Le personnel d'aujourd'hui subit beaucoup plus de contraintes et ne travaille plus comme nous le faisions à l’époque, mais c'est le prix à payer pour perdurer.

Monsieur Guyon, accompagné de son équipe, a su mener de front tous ces challenges et il a fait cela en gardant des rapports très conviviaux et apaisés avec le reste de l’ILL. C'est un réacteur performant techniquement et à jour des normes qu'il transmet à son successeur.

Merci pour tout, monsieur Guyon, et au plaisir de se revoir à l'ARILL quand les restrictions dues à la pandémie de la Covid 19 ne seront plus qu'un mauvais souvenir.

Ce même virus nous a empêchés de l'accompagner à la cérémonie officielle de sa prise de retraite mais l'ARILL y était, bien sûr, présente par la pensée.

Michel Mollier (Président), Chritian Brisse (Secrétaire)

 

Lettre de Jean-Paul Martin à Hervé Guyon (27/10/2020)

Réponse de Hervé Guyon (28/10/2020)

2018 - L'équipe directoriale en place lors de l'AG du 23 novembre

Elle est composée de messieurs Helmut Schober directeur allemand, Mark Johnson directeur britannique et Jérome Estrade directeur français.

Alexandre Durand est le directeur administratif de l'institut. Il travaillait précédemment à la direction financière et des programmes du CEA.

Photo de Serge Claisse.

Divergence du réacteur le mardi 8 Juillet 2014

Après onze mois d'arrêt pour des opérations importantes de maintenance et de création de nouvelles zones expérimentales, le réacteur a re-divergé le mardi 8 juillet 2014.
Est-il besoin de dire que les travaux post-Fukushima ont été colossaux car ils incluent les directives de l'ASN (Autorité de Sureté Nucléaire) quant à une éventuelle submersion due aux barrages qui entourent Grenoble.
La divergence s'est faite à 15 MW pour les tests radiologiques des nouvelles zones expérimentales, ce qui est habituel. Ce qui l'est moins est que jusqu'à la fin du cycle prévue le 26 juillet, la puissance sera réduite à 30 MW pour qualification en vue de l'accord de l'ASN. Cette formalité administrative est incontournable.
Si tout se passe comme prévu, le retour au régime nominal pour le réacteur et les expérimentateurs devrait intervenir le 28 Août, jour de la divergence programmée du cycle suivant.
Pour ceux qui seraient intéressés, plus de renseignements techniques sont disponibles sur le site de l'institut www.ill.eu.

Des travaux partout
Des tas de nouveaux câbles et tuyaux !
Le mur d'escalade à la mode
L'enceinte du réacteur a à nouveau été une zone très courue.
Poste de contrôle de secours
Ce nouveau bâtiment hyper costaud abrite maintenant le PCS.
Résines échangeuses d'ions

Dispositif de transfert des résines usagées vers la machine de conditionnement.

2014 - Nouvel accès à l'ILL

Depuis le mardi 22 avril 2014 l'accès à l'EPN Campus (donc à l'ILL) se fait par le :
     71 avenue des Martyrs
     38000 Grenoble
L'ancien accès est maintenant limité au passage piétonnier et nécessite un code spécifique.

La nouvelle adresse postale de l'ARILL est donc :
     ARILL, Comité d'entreprise de l'Institut Laue-Langevin
     CS 20156, 38042 Grenoble cedex 9

Campagne de mesures sismiques à l'ILL

Campagne de mesures par Geovision (USA) à l'ILL
Photo A. Filhol

En 2013, l'ILL était au centre d'une campagne d'essais sismiques où diverses techniques de mesures s'affrontent pour donner la meilleure image possible du sous-sol du réacteur. Il s'agit du projet Interpacific qui fait parti des programmes CASHIMA (ILL, CEA) et SIGMA (EDF, AREVA et ENEA) destinés à évaluer la cohérence des résultats de diverses méthodes éprouvées ou nouvelles, et à valider les technologies les plus récentes. L'ILL voit ainsi défiler des équipes d'origines diverses (Grenoble, USA, Italie, Chambery, ...)

L'ILL Colloquium du 14 mars 2014 a été consacré à ce thème :
Why is ILL required to perform specific seismic hazard studies? Facts and issues about the seismic hazard in the Grenoble area.” by Dr Pierre-Yves BARD, ISTerre/IFSTTAR, Grenoble.

La photo montre un technicien de Geovision (USA) qui frappe sur une barre en bois pour générer des ondes sismiques de cisaillement qui sont enregistrées par des capteurs descendus progressivement dans des forages de 50 m, juste devant ILL4.

Dernière mise à jour: 19 July 2021